Putter - une clé du succès
30.10.2019

Au Golf Club de Genève, on a l’habitude d’organiser des grands tournois et de préparer le parcours au niveau de qualité du Tour. En effet, chaque été le Challenge Tour (Rolex Trophy) s’arrête au bord du lac de Genève. Depuis les transformations du parcours et la rénovation des greens sur le modèle de l‘Augusta National – les greens peuvent être aérés par le sous-sol et l’humidité peut être évacuée de façon ciblée – le club privé dispose des greens les plus rapides de Suisse. Les membres de la Swiss PGA ont pu s’en convaincre début octobre lors du Swiss PGA Championship. «La Swiss PGA joue un rôle clé dans le golf en Suisse. Les pros enseignent aux golfeurs, et sans eux notre sport ne pourrait pas se développer», estime François Lautens, manager du Golf Club de Genève. C’est pourquoi le manager et le comité sont d’avis «qu’il est très important de soutenir la Swiss PGA».

SPGA Champ 2019 Course02

Le club de Genève a organisé le Swiss PGA Championship à la perfection, a offert des repas et trouvé un sponsor de prize money pour chaque jour, tout ceci en combinaison avec un accueil cordial et un parcours à l’entretien de top niveau dont les participants se souviendront longtemps.

«13,4 (4,05 mètres)», c’était la vitesse des greens jeudi 3 octobre, mesurée au stimpmeter lors du tour final. Une vitesse que l’on rencontre en général seulement lors des tournois majeurs. Un défi inhabituel, même pour les membres de la Swiss PGA qui jouent régulièrement des tournois. Corsin Caviezel, qui a mouché la concurrence le jour final avec un score de 68, a dit: «C’était très amusant de putter sur ces greens, et en même temps il fallait rester humble.» Il n’avait encore jamais eu la chance de jouer sur des greens aussi rapides. «J’ai interrompu le tour d’essai après 9 trous pour me consacrer au putting et m’habituer à cette vitesse de greens.» Avant le premier tour, le Grison a passé 90 minutes (!) sur le putting green. «En tout, j’ai dû passer sur les quatre jours à Genève en tous cas trois heures à m’entraîner au putting». Le manager François Lautens prend ceci comme un compliment: «Notre équipe de greenkeeping n’a rien fait de spécial avant le Swiss PGA Championship. Nous avons tondu les greens tous les jours à 3,5 millimètres et les avons passés au rouleau.»

L’entraînement au putting de Corsin Caviezel a été payant. Car la clé du succès à Genève était le petit jeu. «Les greens et leurs alentours sont très difficiles. Le jeu à moins de 80 mètres est extrêmement important», a reconnu Caviezel. Et comme le Grison maîtrisait mieux les greens que ses concurrents – il a entré 28, 34 et encore une fois 28 putts lors des trois tours – c’est lui qui a fêté son second titre de champion de la Swiss PGA à Genève.

SPGA Champ 2019 Course08
SPGA Champ 2019 Course04

La course-poursuite a débuté avec un eagle

Personne n’aurait misé sur une victoire de Corsin Caviezel après le troisième tour. Le Grison se trouvait à six coups derrière Marc Dobias et cinq derrière Justin Brink. Tous deux se sont d’ailleurs partagés le deuxième rang final à égalité avec deux coups de retard sur Caviezel. «J’ai débuté le tour final avec comme objectif de m’amuser. Je voulais jouer du ‚Junior golf’, m’en donner vraiment à cœur joie sur le parcours», a expliqué avec un sourire malicieux le pro de 32 ans. «Je savais que cela tourne mal neuf fois sur dix, mais je n’avais rien à perdre.» Le Grison a joué de façon offensive, avec six putts pour le birdie sur les sept premiers trous, chaque fois de moins de quatre mètres, sans en entrer aucun. Il a alors attaqué le trou 8, un par 5 en dogleg vers la gauche avec de l’eau devant le green, d’une distance de 192 mètres avec son second coup. «J’ai dû jouer un hook de 80 mètres autour des arbres, et la balle a atterri à un mètre et demi à côté du drapeau», explique Caviezel. «Après avoir entré le putt pour l’eagle, je me suis retrouvé comme dans un tunnel. Sur le 9, j’ai entré la balle depuis l’extérieur du green, sur le 10 j’ai enquillé un putt de 15 mètres… et les deux heures suivantes, j’ai joué mon meilleur golf.» Après 13 trous, Corsin Caviezel se trouvait à nouveau en tête du classement, mais la pression n’était pas aussi forte que lors de son premier titre. Le Grison l’avait remporté au Swiss PGA Championship à Andermatt en 2016 avec une victoire de bout en bout et avait joué dans le dernier flight du dernier tour. A Genève, il a dû attendre au clubhouse jusqu’à ce que ses concurrents terminent le tour, avant de pouvoir fêter son nouveau titre. «Entrer le dernier putt du tournoi dans le dernier flight est ce qui peut arriver de plus beau à un golfeur. Mais en tant que ‘simple Grison’, gagner à Genève, en Suisse romande, c’est aussi très particulier», a avoué Caviezel.

SPGA Champ 2019 Caviezel01

Corsin Caviezel - Swiss PGA Champion 2019 (Men)

SPGA Champ 2019 Thompson

David Thompson - Swiss PGA Champion 2019 (Seniors)

La prestation du teaching pro du GC Ybrig a été reconnue à sa juste valeur par les Genevois: «Le parcours et surtout les greens étaient difficiles; les joueurs ont besoin de temps pour s’habituer à nos greens. Le 68 de Corsin Caviezel le jour final est impressionnant, et par rapport aux scores joués lors du Rolex Trophy c’est une magnifique prestation», reconnaît François Lautens. Le manager tire un bilan positif et il est convaincu que son club accueillera certainement une fois encore la Swiss PGA et son championnat. Quand, cela est encore à définir.

Le titre chez les Seniors a nettement été remporté par David Thompson, avec trois coups d’avance sur Karim El Baradie et trois autres coups sur Lloyd Freeman, troisième.

PREMIUM PARTNER
PREMIUM PARTNER OFFERS
OFFRES PARTNER
SUPPLIER OFFERS
PREMIUM PARTNER
PARTNER
SUPPLIER